La fenêtre PVC Gamme Confort Serplaste

Serplaste propose une large sélection de fenêtres PVC, notamment avec les gammes Confort, Élégance et Ultratherm.
Chaque gamme a ses caractéristiques, ses avantages et son prix !
Faisons un tour d’horizon des fenêtres PVC de la Gamme Confort

Une menuiserie de qualité

La fenêtre PVC Confort comporte 2 chambres d’isolation intégrées à un ouvrant droit en double vitrage. La chambre d’isolation principale permet d’accueillir les renforts en acier galvanisé, pour des fenêtres pouvant aller jusqu’à 1,90m de large (fenêtres à deux vantaux) ! 

Comme sur les fenêtres en bois, vous y trouverez un jet d’eau mouluré, ce qui lui confère une touche traditionnelle.

Le bon fonctionnement de la menuiserie (pièces en mouvement) est garanti pendant 2 ans. Quant au PVC, vitrage, joint et pose, ils sont garantis 10 ans !

Caractéristiques des PVC Serplaste

  • Résistance aux chocs
  • Entretien minimum
  • Étanchéité à l’eau, à l’air et au vent
  • Grande longévité du PVC et tenue de la couleur
  • Recyclage des PVC à 100%

Coloration et nuancier

En dehors des poignées et caches intérieurs qui resteront blanc, gris, marron foncé ou laiton, nous vous proposons une palette de 150 couleurs, en bicoloration (intérieur blanc et extérieur coloré) ou en monocoloration (intérieur et extérieur de la même couleur). Vous pouvez également demander à ce que votre fenêtre soit tout de blanc, ou en couleur chêne doré ! Le choix est vaste !

Les formes

Toutes les formes de fenêtre sont possibles, des classiques aux plus originales : œil de bœuf, rectangulaire, triangulaire, arc de cercle, anse de panier, cintrée… Tout est possible, même de nous soumettre une forme de votre composition !

Retrouvez les fenêtres en PVC de la Gamme Confort et n’hésitez pas à nous contacter !

Comment obtenir des fenêtres à haute performance énergétique ?

Isoler du froid mais laisser entrer la chaleur, protéger du soleil mais sans couper la lumière… On en demande beaucoup à nos fenêtres.
Mais on peut largement, aujourd’hui elles sont capables de tout !

En choisissant des fenêtres performantes, vous allez sauver votre énergie. Et ça, c’est bon pour l’environnement et pour vos économies, alors lisez !

L’isolation, c’est la clé !

En réalité, vos fenêtres ne font pas tout toutes seules et doivent être accompagnées d’une isolation globale bien pensée.

Vous voulez savoir par où s’échappe la chaleur de votre maison ?

  • 30% des déperditions de chaleur s’en vont par votre toiture
  • 20 à 25% par les murs
  • 13 à 20% par les portes et les fenêtres

Isoler sa toiture ?

C’est la première étape, elle est assez facile à réaliser. Et surtout très rentable ! C’est votre priorité car elle vous permet de faire des économies à long terme.
En fonction de votre type de toit, toiture sur combles perdus (non habitable), toiture sur combles habitables ou toit-terrasse, vous choisirez une isolation bien spécifique.
Toutefois, même si ce n’est pas très compliqué, il vaut mieux vous adresser à un professionnel du secteur pour obtenir les meilleurs conseils et un vrai résultat.

Isoler ses murs ?

C’est une chose à ne pas négliger, surtout sur les façades nord de votre habitation. Elles doivent en effet bénéficier d’une isolation prioritaire car elles sont moins exposées au soleil.
Il en est de même pour les façades ouest qui s’exposent aux pluies et qui méritent donc une protection supplémentaire contre l’humidité.
L’isolant peut être constitué de différentes matières :

  • panneaux de polystyrène extrudé
  • polyuréthane
  • laine minérale (laine de verre, laine de roche)
  • ou végétale (chanvre, fibre de bois, cellulose, coton, etc.)

Isoler ses portes et fenêtres ?

Parlons-en, puisque c’est un peu notre spécialité ! La rénovation de vos fenêtres et de vos portes vous apportera un bien être sur le plan esthétique et acoustique mais surtout sur le plan thermique.
Pour l’isolation des vitres et fenêtres, il y a plusieurs solutions :

  • vous pouvez calfeutrer vos fenêtres avec des joints
  • mettre du double, voir du triple vitrage
  • changer carrément de fenêtres ou de portes

La dernière option vous permettra en plus de profiter du crédit d’impôt. Non négligeable donc !

Fenêtres et équilibre !

La fenêtre à elle seule peut déjà améliorer vos performances énergétiques : plus la surface d’une fenêtre est grande, plus la pièce sera lumineuse et profitera des apports solaires et son double ou triple vitrage vous protégera du froid.

Le choix des matériaux de la fenêtre influence également l’isolation thermique. La fenêtre en PVC présente les meilleurs résultats, par rapport aux fenêtres en bois ou en aluminium. Pour autant, les profilés aluminium sont très fins et offrent le minimum d’obstacles à la lumière et aux apports solaires, loin devant le bois puis le PVC…

 Ce que tout cela signifie, c’est que les performances énergétiques de vos fenêtres sont le fruit d’un arbitrage équilibré entre tous les éléments cités ci-dessus. Vous avez le pouvoir et nous sommes là pour vous aider à vous en servir !

Comment faites-vous pour limiter vos pertes d’énergie et optimiser l’isolation de votre maison ?


Atelier PVC : entretien avec M. Desmarecaux, chef d’atelier chez Serplaste depuis 1996

Aujourd’hui, nous recueillons les propos de M. Desmarecaux, chef d’atelier PVC chez Serplaste depuis 1986.

Bonjour et merci de nous accorder cette interview !
Pouvez-vous nous dire quelles sont les spécificités du PVC ?

Ce matériau est devenu une référence grâce à ses nombreux avantages :

  • il ne bouge pas avec le temps
  • il ne subit pas les intempéries
  • c’est un produit fini
  • il ne nécessite pas d’entretien
  • ses tarifs sont très compétitifs
  • il est doté d’une isolation phonique et thermique supérieure
  • il se recycle à 100 %

Quels sont les avancées technologiques en matière de PVC ?

Il n’y a pas de nette évolution vis-à-vis du PVC en lui-même. Il faut dire qu’il n’a pas attendu pour être avancé technologiquement. En ce moment nous nous dirigeons vers des matériaux composites.

Y a-t-il une limite en matière de fabrication sur mesure de fenêtres PVC ?

Nous avons réalisé des chantiers assez impressionnants de par leur complexité. Je pense que nous n’avons aucune limite. Tout est réalisable !

Quel est le modèle le plus surprenant que vous ayez eu à faire ?

De mémoire, nous avons déjà eu à faire une commande assez singulière : un client a souhaité remplacer ses portes de grange cintrées par des menuiseries. Le résultat figure en photo à l’arrière des camions Serplaste, nous n’en sommes pas peu fiers !

Pouvez-vous me dire comment une fenêtre PVC est fabriquée chez Serplaste ?

Notre processus de fabrication est le suivant :

  • Réception d’un profilé extrudé en 4 morceaux
  • Coupe et renforcement des profils avec de l’acier galvanisé
  • Insertion des renforts dans le profilé
  • Assemblage et soudure des cadres
  • Assemblage des cadres ouvrant et dormant avec pose éventuelle des accessoires (volet roulant, par exemple)
  • Vitrage en atelier
  • Expédition
  • Pose chez le client
  • Vérification de fin de chantier et de satisfaction client !

Quelles sont les performances d’étanchéité et d’isolation thermique des fenêtres PVC ?

Chaque type de fenêtre a ses performances. Nous effectuons, sur chacun des types, des tests selon les critères du classement AEV. En effet, 2 fois par mois, nous mesurons l’étanchéité selon la taille de la fenêtre, l’épaisseur et l’isolation fixe.

Quels tests qualité effectuez-vous et comment mesurez-vous cette qualité ?

En dehors des tests AEV, nous avons nos propres tests.
Tous les matins, nous brisons 14 angles de profilés afin d’évaluer la qualité de la casse et établir le niveau de pression de rupture.
Nous contrôlons également la qualité de la menuiserie, du fonctionnement, etc.

Une anecdote de votre atelier ?

Et bien, sans réfléchir, il me vient de mémorables souvenirs de barbecues dans la cour de l’établissement. C’est important de vivre de bons moments sur son lieu de travail !

Merci M. Dermarecaux !

ETIQUETAGE DES EMISSIONS DANS L’AIR INTERIEUR : LA FENÊTRE PVC AFFICHE A+

La fenêtre PVC européenne est sans danger ! Et la fenêtre PVC française, en avance sur les normes européennes, est encore plus saine. C’est ce que relate cet article sur l’étiquetage des émissions dans l’air de votre foyer.
Source : L’Echo de la Baie

Dans l’esprit du Grenelle de l’Environnement et du nouveau Règlement européen des Produits de Construction destinées, exclusivement ou non, à un usage intérieur, doivent être accompagnés d’une étiquette exprimant, de façon simplifiée par un pictogramme et un système de classe, les caractéristiques d’émissions en substances polluantes volatiles du produit.

Cette obligation concerne, entre autres les fenêtres et prendra effet au 1er janvier 2012 pour les nouveaux produits mis sur le marché ou au 1er septembre 2013 pour ceux déjà sur le marché avant le 1er janvier 2012. Le SNEP a largement anticipé le décret du 23 mars 2011 n° 2011-321 et l’arrêté du 19 avril 2011 instituant cette disposition en France : il a fait procéder à des tests sur une fenêtre PVC représentative de ces gammes d’ouvertures dès septembre 2008 par le Laboratoire Eurofins Product Testing A/S. Une démarche utile dans le cadre des FDES* et pour se prépare au nouveau Règlement des Produits de Construction. La fenêtre PVC testée à la demande SNEP était représentative de ce type de production, notamment sous la marque NF, pour ses différents éléments : parties rigides, joints et vitrage (FE). Des essais auparavant faits sur les profils avaient déjà prouvé que le PVC rigide est inerte : il n’émet pas de polluants volatils et n’est pas sujet à moisissure. Cette carte d’identité est donc confirmée au niveau du produit fini qu’est la fenêtre PVC.

Etiquetage informatif

Bernard Colin (Rehau), membre des commissions techniques « gammiste » du SNEP, souligne que cette obligation est instituée pour informer le consommateur sur la qualité des produits du marché, au regard des émissions de composés organiques volatils. Il peut vérifier que la fenêtre PVC est bien conforme aux exigences en la matière. La notation s’étend de A+ (le produit émet très peu ou pas du tout) à C (le produit émet beaucoup). La méthode de mesure prescrite à l’annexe L de l’arrêté du 19 avril 2011 décrit comment procéder à la détermination des classes pour chacun des polluants et COV totaux. Cela se fait en 3 étapes : la caractérisation des émissions du produit dans l’air intérieur (par défaut sur la base de la série des normes ISO 16000), le calcul des concentrations d’exposition dans une pièce de référence et enfin l’intégration du résultat final mesuré en μm-3 dans la classe technique pertinente. Ces tests peuvent être réalisés selon 3 types de protocoles : procédure allemande AgBB (celle du Laboratoire Eurofins Product Testin A/S), Protocol for Chemical and Sensory Testing of Building Materials (finlandais) et protocole français AFS-SET 2006 ; le SNEP a d’ailleurs réalisé les tests selon les 3 protocoles et les résultats d’essai ont satisfait à leurs exigences.

Le décret laisse cependant le fabricant libre des modalités d’obtention des résultats de performance du produit, sans obligation formelle d’effectuer des tests s’ils sont inutiles ou ont déjà été réalisés, et sans recours obligé à des organismes spécifiques, conventionnés ou notifiés. Il s’agit d’un système d’auto déclaration. L’obligation réside dans l’affichage de l’étiquette et sa conformité à la charte graphique instituée par l’arrêté du 19 avril (modèles téléchargeable sur le site du MEDDTL). Une fois qu’il a son attestation, le fabricant de fenêtres PVC fera imprimer cette étiquette A+ sur sa fenêtre PVC, ou son emballage. Elle peut être en couleur ou en noir et blanc, et sa taille doit être au minimum de 15×30 mm. La France est en avance par rapport à l’Europe puisqu’elle a déjà sorti décret et arrêté instituant l’obligation d’afficher cette étiquette, avant toute obligation détaillée du Règlement des Produits de Construction sur l’émission de COV, signale Bernard Colin. Il confirme que le classement A+ est un élément positif pour l’image du PVC, puisqu’il prouve l’innocuité des fenêtres fabriquées dans ce matériau au regard de la qualité de l’air intérieur et des substances aussi redoutables que le formaldéhyde, l’acétaldéhyde, le toluène, le tetrachloroéthylène, le xylène, le triméthylbenzène, le dichlorobenzène, l’éthylbenzène, le butoxyéthanol, et le styrène ! La réglementation se concentre sur les substances les plus pertinentes en termes de qualité de l’air intérieur, celles pour lesquelles la réduction des sources d’émission est prioritaire. A noter que le fait de ne pas apposer l’étiquette est passible pour le responsable de la mise sur le marché d’une contravention de 5ème classe (article R.226-14 du code de l’environnement) et de l’application des article 132-15 du code pénal en cas de récidive (article R.226-15 du code de l’environnement). Le metteur sur le marché engage sa responsabilité quant à la classe affichée. Le SNEP informera bien sûr ses adhérents sur les modalités et l’obligation de ce marquage et leur fournira l’attestation du classement A+ des fenêtres PVC.

* FDES : Fiches de Déclarations Environnementales et Sanitaires
** Le Règlement Produits de Construction, paru au journal officiel de l’Union européenne (JOUE n°L88) établit des conditions harmonisées de commercialisation pour les produits de construction et abroge la directive 89/106/CEE du Conseil.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...