Bouchées doubles sur le vitrage

Aujourd’hui, le double vitrage est la norme des constructions neuves. Norme justifiée car un double vitrage est l’un des éléments nécessaires pour obtenir une bonne isolation thermique et phonique.
Le double vitrage à un autre avantage – et pas des moindres : il peut vous permettre de bénéficier d’un crédit d’impôt fenêtre.

Le double-vitrage décortiqué

Comme son nom l’indique, deux vitres composent un double-vitrage. Elles peuvent être séparées par de l’air (que l’on appelle lame d’air) ou par une adjonction de gaz rare (argon, krypton), l’idée étant de créer un tampon isolant entre l’intérieur et l’extérieur.
L’épaisseur du « vide » entre les vitres a une influence sur l’isolation thermique. Plus la lame d’air est large (jusqu’à 16mm d’épaisseur maximum), plus l’isolation thermique est bonne.
On désigne les épaisseurs de la façon suivante : A, B ou C, avec des chiffres exprimés en millimètres (A étant la vitre extérieure, B la lame d’air et C la vitre intérieure). Exemple : 4/12/4.
On retrouve le plus souvent des épaisseurs similaires pour les deux vitres, mais il existe également des vitrages extérieurs plus épais pour une meilleure isolation phonique et thermique. On parle alors de double vitrage asymétrique.

Les avantages directs du double vitrage :

  • Le double vitrage réduit les pertes de chaleur, l’effet de paroi froide, et par extension la condensation en hiver.
  • Selon l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, le double vitrage permet une économie de 10 % sur la consommation de chauffage qui peut aller jusqu’à 30% suivant l’isolation du logement avec un vitrage 4/16/4 FE (Faible émissivité) + Gaz.

Il existe différents types de doubles vitrages :

  • Le double vitrage classique réduit la perte de chaleur d’environ 40 % comparé à un vitrage simple.
  • Le double vitrage à isolation renforcée (VIR) ou à faible émissivité dispose d’une couche transparente de sels métalliques sur l’une des faces intérieures de la vitre, en général en face 3 ce qui diminue l’apport solaire extérieur et les déperditions de chaleur intérieure : ce système est encore plus isolant qu’un double vitrage classique (jusqu’à 50 %).
  • Le double vitrage phonique possède une vitre plus épaisse à l’extérieur. Exemple : 10/12/4.
  • Le double vitrage retardateur d’effraction, grâce à deux vitres extérieures collées par un film plastique, se brise plus difficilement que le double vitrage classique, empêche le verre de tomber et limite ainsi les risques d’effraction.

Le label Cekal

La qualité de l’étanchéité du double vitrage est validée par la Certification CEKAL. Ce label garantit l’étanchéité et la qualité des doubles vitrages pendant 10 ans et est nécessaire pour bénéficier du crédit d’impôt fenêtre.

Vous n’avez toujours pas de double-vitrage ? Il n’est jamais trop tard pour y songer très sérieusement, découvrez notre gamme ici !

Quelle fenêtre pour une isolation optimale
 ?

Une fenêtre se compose de deux éléments principaux : le cadre et le vitrage. Pour une isolation efficace, le choix des matériaux de ces deux parties est important.

Choisissez le bon cadre !

Les principaux matériaux de cadres, PVC, bois et aluminium, ont des caractéristiques d’isolation différentes :
Cadre en bois : isolation thermique optimale
Cadre en PVC : isolation thermique excellente
Cadre en aluminium : isolation un peu moins efficace qu’avec les cadres en PVC ou en bois en théorie, mais en réalité, les progrès techniques offrent un confort suffisant… Même pour des hivers en Alsace ou en Lorraine !

Il est vrai que l’aluminium est un conducteur thermique… Mais les menuiseries dotées de cadre en aluminium sont aujourd’hui renforcées thermiquement par une barette en résine appellée rupteur, séparant le profil extérieur du profil intérieur. On n’arrête pas le progrès !

Il va sans dire que la qualité de l’isolation de vos cadres de fenêtres est essentielle pour votre confort et améliorera celle de vos vitrages.

Et les vitrages, dans tout ça ?

Vous connaissez sans doute le double-vitrage ainsi que le vitrage simple. Ce dernier, de moins en moins présent, est à bannir dès lors qu’il est question d’isolation.

Le double-vitrage est donc un minimum nécessaire, qu’il soit avec ou sans adjonction de gaz.
En fonction de votre région et de son climat plus ou moins clément, on pourra même envisager du triple vitrage.

Chez Serplaste, nous utilisons un nouveau procédé : le Warm Edge (intercalaire en résine remplaçant celui en aluminium moins performant).
Il s’agit d’une gamme de vitrages à température plus élevée sur sa périphérie. Ses résultats sont excellents : il améliore le bilan thermique de la fenêtre et empêche la condensation en périphérie des double et triple vitrages.

Suivez le label !

Qui dit bonne isolation, dit facture d’énergie réduite ! Pour vous orienter dans vos choix, il existe le Label Acotherm : vous pouvez faire confiance aux menuiseries dotées d’un étiquetage égal ou supérieur à « Th8 » ou « Th9 » (voir calcul de coefficient de transmission thermique Uw).
Et si votre fenêtre ne dispose pas du label Acotherm, le coefficient Uw sera indiqué. Contrairement au coefficient Ug (qui ne concerne que le vitrage seul), l’Uw détermine l’isolation de la menuiserie dans son ensemble. Nous vous conseillons d’exiger un coefficient Uw inférieur ou égal à 1,6.

Vous avez opté pour du double ou du triple ? Vous en êtes satisfaits ?

Des joints pour calfeutrer votre fenêtre

C’est l’hiver de trop à la maison ? Vous ressentez des petits courants d’airs aux travers des orifices de vos fenêtres ? Gare à la facture de chauffage ! De plus, les transferts d’air entre l’extérieur et l’intérieur de votre foyer peuvent endommager vos cloisons (murs, portes et fenêtres).
Il est donc plus qu’important de veiller à bien calfeutrer vos ouvertures.

Le calfeutrage consiste à boucher les fentes des ouvertures afin de minimiser les risques de perte de chaleur. En revanche, si vos joints sont usés, c’est que votre fenêtre est ancienne. Elle a donc de fortes chances de ne pas disposer de double vitrage. Et si c’est en effet le cas, le calfeutrage ne règlera pas vos problèmes ; le meilleur moyen d’isoler votre intérieur restera l’acquisition d’une nouvelle fenêtre ou porte avec système de double vitrage (nouvelle norme en vigueur).

Il existe différents types de joints isolants, qu’ils soient en plastique, mousse, caoutchouc, PVC, métal ou silicone.

Les différents types de joints isolants

Quels sont les avantages et inconvénients de chaque matière ?

  • Joint en mousse : très bon marché, ils sont aussi faciles à poser, car souvent autocollants. Mais ils sont très peu efficaces et doivent être remplacés fréquemment.
  • Joint en plastique : ce type de joints est aussi simple à poser que les bourrelets adhésifs en mousse. Il s’agit d’un joint en forme de V dont l’une des branches est autocollante. Sa durée est moyenne : 2 ou 3 ans.
  • Joint en caoutchouc synthétique ou en PVC : ces joints autocollants, plus résistants que les bourrelets en mousse, peuvent durer cinq ans et plus. Ils sont plus onéreux, par la même occasion. Ils peuvent être agrafés, collés ou cloués sur les dormants des fenêtres.
  • Joint en silicone : ce produit que l’on applique avec un pistolet à cartouches permet de réaliser des joints souples, solides et durables, sur toutes les fenêtres. Ils constituent en plus une bonne protection contre les infiltrations d’eau.
  • Joint métallique : Ils sont plus efficaces et beaucoup plus durables que les bourrelets. Mais ils sont aussi plus difficiles à poser car il faut les clouer sur le dormant de la fenêtre en bois, en général.

Avant d’investir dans les joints, n’oubliez pas de vous assurer qu’il ne soit pas préférable de changer de fenêtre ! Au final, vous y gagnerez peut-être…
Que préférez-vous ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...