Comment calfeutrer vos fenêtres avec un joint en mousse ?

Les fenêtres anciennes sont souvent la source d’une mauvaise isolation dans votre maison. En hiver, il n’y a rien de pire qu’une fenêtre mal isolée : vous consommez plus de chauffage, et c’est ni bon pour votre facture, ni pour l’environnement.

Aujourd’hui, nous vous proposons de calfeutrer vos fenêtres à l’aide de joints en mousse. C’est la technique la plus facile en terme de calfeutrage !

Matériel nécessaire :

  • Joint en mousse
  • Colle
  • Clous
  • Marteau
  • Agrafeuse
  • Cutter
  • Chiffon
  • Trichloréthylène (ou alcool)

Préparation de la fenêtre

Comme pour toutes les techniques d’application de joints, il faut d’abord préparer la fenêtre afin de pouvoir poser les joints. Enlevez les joints en place à l’intérieur du châssis de votre fenêtre, et grattez à l’aide de la brosse métallique. Nettoyez ensuite la saleté avec votre chiffon imbibé d’alcool ou de trichloréthylène.

Une fois cette opération réalisée, vous pouvez procéder à la pose de vos joints.

Calfeutrer vos fenêtres avec un joint en mousse

La technique de calfeutrage avec un joint en mousse est simple à réaliser :

  1. Déroulez le joint en mousse, et fixez-le selon les indications données sur le mode d’emploi. Il existe aussi des joints en mousse à autocollant sur le marché, il suffit de plaquer progressivement le joint sur le châssis en retirant le film petit à petit. Vous pouvez aussi appliquer une couche de colle au dos de la bande en mousse.
  2. Pressez doucement sur le joint en mousse et coupez-le aux angles grâce à un cutter.
  3. Refermez la fenêtre pendant 2 ou 3 heures pour laisser prendre la colle.

Si tout va bien, le tour est joué, vous avez renforcé votre isolation ! Attention cependant à changer vos joints tous les 1 à 2 ans.

Et pour une isolation parfaite, rien de tel que des fenêtres Serplaste neuves qui vous offrent un hiver chaud et confortable !

Des joints moulés en silicone, pour calfeutrer vos fenêtres !

Avec des hivers de plus en plus froids, le chauffage tourne souvent à plein régime. Et ça ne sert strictement à rien si votre isolation laisse à désirer. Cela est en général dû à des fenêtres trop anciennes. En attendant de les changer, nous vous proposons un petit tutoriel pour calfeutrer vos fenêtres, à l’aide de joints en silicone. Vous allez voir, il n’y a rien de plus simple !

Faisons d’abord l’inventaire du matériel nécessaire :

  • Pistolet à joint en silicone
  • Cutter
  • Sécateur
  • Trichloréthylène
  • Brosse métallique
  • Chiffon
  • Bande de démoulage
  • Ciseaux

La préparation au calfeutrage

Avant de commencer le calfeutrage, il faut préparer la fenêtre : pour cela, nettoyez l’intérieur du châssis. Enlevez les joints en place, en ouvrant les battants de la fenêtre, et en grattant la feuillure, grâce à la brosse métallique. Dégraissez ensuite la fenêtre à l’aide d’une chiffon imbibé de trichloréthylène.

Calfeutrer sa fenêtre avec un joint moulé (de silicone en cartouche)

Cette méthode est utilisée pour pouvoir réaliser un joint sur mesure. Suivez les étapes à la lettre, et vous obtiendrez une parfaite isolation, en un rien de temps.

  1. Commencez par charger le pistolet applicateur, grâce à la cartouche en silicone. Si vous disposez d’un tube de mastic en silicone prêt à l’emploi, il n’y a pas d’étape préalable.
  2. Coupez l’embout de la cartouche grâce au sécateur, en fonction du diamètre du joint à appliquer. N’oubliez pas d’ouvrir la canule pour visser la cartouche.
  3. Appliquez ensuite le silicone, en déplaçant le pistolet le long de la feuillure de la fenêtre, et en tenant votre pistolet à deux mains (l’une sur la poignée, l’autre à l’extrémité). Essayez de ne pas vous arrêter avant la fin de la ligne.
  4. Une fois que vous avez appliqué le joint en silicone, recouvrez-le avec la bande de démoulage. Arrivé aux angles, coupez le tout avec votre cutter.
  5. Pour finir, fermez la fenêtre pendant au moins 3 heures. Après 24h, retirez la bande de démoulage.

La méthode est simple, il faut simplement bien suivre les instructions, et faire preuve de minutie. Pour l’an prochain, n’oubliez pas de bien isoler vos fenêtres, pour passer un hiver confortable dans votre chez vous !

Des joints pour calfeutrer votre fenêtre

C’est l’hiver de trop à la maison ? Vous ressentez des petits courants d’airs aux travers des orifices de vos fenêtres ? Gare à la facture de chauffage ! De plus, les transferts d’air entre l’extérieur et l’intérieur de votre foyer peuvent endommager vos cloisons (murs, portes et fenêtres).
Il est donc plus qu’important de veiller à bien calfeutrer vos ouvertures.

Le calfeutrage consiste à boucher les fentes des ouvertures afin de minimiser les risques de perte de chaleur. En revanche, si vos joints sont usés, c’est que votre fenêtre est ancienne. Elle a donc de fortes chances de ne pas disposer de double vitrage. Et si c’est en effet le cas, le calfeutrage ne règlera pas vos problèmes ; le meilleur moyen d’isoler votre intérieur restera l’acquisition d’une nouvelle fenêtre ou porte avec système de double vitrage (nouvelle norme en vigueur).

Il existe différents types de joints isolants, qu’ils soient en plastique, mousse, caoutchouc, PVC, métal ou silicone.

Les différents types de joints isolants

Quels sont les avantages et inconvénients de chaque matière ?

  • Joint en mousse : très bon marché, ils sont aussi faciles à poser, car souvent autocollants. Mais ils sont très peu efficaces et doivent être remplacés fréquemment.
  • Joint en plastique : ce type de joints est aussi simple à poser que les bourrelets adhésifs en mousse. Il s’agit d’un joint en forme de V dont l’une des branches est autocollante. Sa durée est moyenne : 2 ou 3 ans.
  • Joint en caoutchouc synthétique ou en PVC : ces joints autocollants, plus résistants que les bourrelets en mousse, peuvent durer cinq ans et plus. Ils sont plus onéreux, par la même occasion. Ils peuvent être agrafés, collés ou cloués sur les dormants des fenêtres.
  • Joint en silicone : ce produit que l’on applique avec un pistolet à cartouches permet de réaliser des joints souples, solides et durables, sur toutes les fenêtres. Ils constituent en plus une bonne protection contre les infiltrations d’eau.
  • Joint métallique : Ils sont plus efficaces et beaucoup plus durables que les bourrelets. Mais ils sont aussi plus difficiles à poser car il faut les clouer sur le dormant de la fenêtre en bois, en général.

Avant d’investir dans les joints, n’oubliez pas de vous assurer qu’il ne soit pas préférable de changer de fenêtre ! Au final, vous y gagnerez peut-être…
Que préférez-vous ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...