Janvier 2013 : nouvelles règles pour les fenêtres !

Cet article vous concerne tout particulièrement, surtout si vous comptez vous installer ou investir dans un logement neuf d’ici l’année prochaine. Le bâtiment connaîtra une véritable révolution, d’ici 2013 !
Cliquez sur l’image pour lire l’article !
Source : L’Echo de la Baie

Définition des normes CE et NF

Il existe de nombreuses certifications qui attestent de la qualité de fabrication des fenêtres. Nous nous intéresserons particulièrement dans cet article aux normes françaises NF et directives européennes CE, celles-ci étant les plus connues et plébiscitées des consommateurs. 

CE, la conformité européenne

La certification européenne « CE » est un marquage attestant que le produit est conforme à la directive européenne et qui permet d’exporter ses produits en Europe. Elle atteste que le fabricant réalise ses fabrications conformément aux exigences de la directive européenne. Ainsi, le fabricant a le droit de mettre son marquage CE lui-même, dès lors qu’il a vérifié qu’il est conforme sans avoir besoin d’avoir recours à un organisme tiers pour le valider, contrairement à la Norme Française.

NF, l’engagement français

Le « NF » est la Norme Française. C’est un engagement volontaire et très contraignant du fabricant qui fait contrôler la fabrication de ses menuiseries par un organisme tiers ; c’est un engagement du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et de l’AFNOR (Association Française de Normalisation) qui certifient que les fenêtres sont conformes aux exigences les plus élevées à travers les essais d’étanchéité et d’endurance. La NF n’est pas une obligation mais une garantie de qualité supplémentaire.

Et le label Acotherm, alors ?

Acotherm = Acoustique et thermique.
Tout comme la NF, il est délivré par le CSTB. Ce label, spécifique aux menuiseries est une garantie de performance : à la fois sur l’isolation thermique et acoustique. Toutes les fenêtres ne se voient pas attribuer ce label, car elles doivent d’abord bénéficier du droit d’usage des certifications NF ou CSTB.

Classées de TH1 à TH11, calculées sur un coefficient Uw de transmission surfacique, les menuiseries ne sont labellisées que si elles présentent une classe 4 ou 5 au minimum, selon leur type. Vous l’aurez compris : considérez les classes TH les plus élevées, à partir de 8 ou 9 pour une qualité réellement satisfaisante.
Le classement acoustique est élaboré sur 3 niveaux : AC1, AC2 et AC3. Le classement de base des fenêtres Serplaste est AC1, ce qui correspond à un affaiblissement acoustique de 28db. Les autres classements peuvent être demandés pour certains logement à proximité de grandes voies de circulation ou d’un aéroport.

Chez Serplaste, tous les produits bénéficient au minimum de la certification NF-CSTB et du classement Acotherm TH 11 et du classement AEV.
Pour tout vous dire, Serplaste dispose de nombreuses certifications… !

Accessibilité aux personnes à mobilité réduite : les nouvelles normes

Vous construisez ou voulez construire ? Cet article vous concerne tout particulièrement. En effet, les constructions neuves doivent respecter de nouvelles normes, notamment en faveur des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées. De ce fait, tous les métiers du bâtiment sont concernés.
Source : Bâtiment actualité

Construction neuve, mise en conformité des Établissements Recevant du Public (ERP) et logements existants, l’accessibilité correspond aujourd’hui à une attente de la société, en faveur des personnes à mobilité réduite et du maintien à domicile des personnes âgées. Un marché qui concerne l’ensemble des métiers du bâtiment.

La réglementation a redéfini le handicap, en l’élargissant à l’ensemble des déficiences physiques, sensorielles, mentales et psychiques, qui touchent les personnes handicapées, mais aussi les personnes âgées en perte d’autonomie. Les entreprises de bâtiment doivent donc intégrer l’accessibilité dans la construction à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments. Si les travaux d’accessibilité ne représentent pas de difficultés particulières, ils demandent en revanche une approche nouvelle pour une offre globale.

Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou aménagement permettant, dans des conditions normales de fonctionnement, à des personnes handicapées, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d’accèder aux locaux, d’utiliser les équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier des prestations en vue desquelles cet établissement a été conçu. Les conditions d’accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d’usage équivalente.

Un marché considérable.

  • 25 milliards d’euros HT pour leur réhabilitation des ERP publics et privés (13 milliards pour les ERP publics et 12 milliards pour les ERP privés – hôtels, restaurants, centres commerciaux, salles de spectacles…)
  • 3 milliards d’euros HT pour la réhabilitation des bâtiments de l’Etat ;
  • 1 milliards d’euros HT par an pour les travaux de mise en conformité des logements collectifs existants (associés certainement à des travaux d’économie d’énergie) et les aménagements volontaires des logements individuels.
  • 40% de la population gênée, à des degrés divers, par le cadre bâti, temporairement ou définitivement.
  • 2,3 millions de personnes handicapées.
  • D’ici 2030, la part des plus de 65 ans passera de 20 à 25%
  • 5 millions de personnes de plus de 75 ans.
  • Au sein de cette tranche d’âge, les plus de 80 ans auront doublé.
  • Seulement 40% des plus de 65 ans vivent en établissement spécialisé.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...