La qualité du verre n’est plus une option

Vous souhaitez tout savoir sur la qualité de fabrication et de production du verre ? Cet article répondra sans doute à vos questions !
Aujourd’hui, le contrôle de qualité du verre est le point d’orgue de sa productivité… Et sa rentabilité. Comment quantité et qualité arrivent à être atteints conjointement ?
Source : Verre & Menuiserie

Productivité et rentabilité en hausse.

Dans un contexte concurrentiel et aux réglementations toujours plus exigeantes, le contrôle de la qualité du verre n’est plus une option, mais un équipement indispensable. En plus d’accroître la production, et de fait la rentabilité, il apporte plus de confort aux salariés. Et devient gage de qualité pour les clients.

« Aujourd’hui les entreprises de miroiterie doivent se concentrer plus que jamais sur la qualité de leur produit, et y accorder une attention particulière », annonce d’emblée Nuic radisa, responsable des ventes Europe et France chez Softsolution. « Les défauts que l’on trouve sur les verres livrés et installés ne sont pas seulement la source d’une grande frustration chez le client final, ils engendrent aussi une augmentation des coûts internes de la société ». Et pour plusieurs raisons.

L’inspection manuelle de différents verres ainsi que des doubles vitrages reste une méthode peu fiable. Elle demande d’énormes efforts en termes de temps et de personnel et présente le risque de dommages supplémentaires. «  L’opérateur doit aller vite, et sur le plan humain il peut être défaillant », abonde Gilles Grandvoinet, Responsable France chez Viprotron. « Grâce aux équipements qui permettent le contrôle de qualité du verre, l’opérateur est soulagé, moins stressé. Il bénéficie de plus de confort au travail, et ainsi la productivité est améliorée ». Grâce au contrôle automatique, les défauts de série sont immédiatement détectés. Comme les bouillons, rayures, marques de doigts, de gants, etc. « L’opérateur peut sauver jusqu’à 50% des défauts trouvés et ne perd pas de temps à les chercher, en particulier sur les grandes feuilles. Il peut aussi exécuter d’autres tâches ». Ainsi, les lignes de verre et vitrage deviennent plus rentables « grâce à la baisse des taux de réclamation de 1% à 0.7% en service restreint, ces installations s’amortissent au bout d’un an et demie. » Elles permettent aussi d’apporter plus de satisfaction aux clients. D’autant que les équipements de contrôle de qualité du verre permettent de fixer exactement les critères de qualité souhaités par ces derniers.

Avec le EyeGuide de Softsolution, la visualisation des données de production et le texte s'effectuent directement sur le verre.

Toujours plus de polyvalence

Pour accéder au contrôle de qualité sans se ruiner, Viprotron propose le low-cost Quality Inspector. Pour détecter les défauts standards – rayures, bulles, inclusions, impuretés, défauts de film, etc. – et inspecter tous types de verres plats, tels que le verre float, le low-E, les trempés et les feuilletés. Il s’applique au verre d’épaisseur jusqu’à 20 mm et aux vitrages jusqu’à 321 x 660 cm.

Le Quality Scanner détecte les défauts à partir de 0,5 mm de diamètre

Les zones de qualité, zone de cache, zone de bord, et zone centrale peuvent être définies individuellement. Le système se met en place verticalement ou horizontalement pour des hauteurs et largueurs d’inspection du verre à partir de 160 cm et jusqu’à 321 cm. Sa vitesse de production : jusqu’à 50 m/min. Reste que pour pouvoir répondre à un maximum d’attentes des miroitiers et des menuisiers, le contrôle de qualité devient de plus en plus polyvalent. À l’instar du Quality Scanner proposé par Viprotron avec pour partenaire industriel Bystronic Glass utilisable dans plusieurs domaines : traitement du verre, verre isolante, verre de sécurité feuilleté, verre solaire, verre de sérigraphie, verre de sécurité trempé. Pour des épaisseurs de verre jusqu’à 60mm, et des dimensions de 321 x 660cm. Le contrôle de qualité du verre pendant sa transformation s’effectue grâce à des caméras CCD. Cet équipement détecte tous les défauts perceptibles visuellement, tels que les bouillons, les rayures, les cailloux, l’étain, la saleté, les empreintes de doigts, les défauts de la feuille, etc. à partir de 0.5 mm de diamètre. Le système bénéficie d’une interface Windows intuitive dans laquelle sont intégrées les exigences de qualité des clients par rapport au travail de l’installation à insérer dans la ligne de production, après la machine à laver ou le four de trempe. Le Quality Scanner arrête la production de verre défectueux ou émet un avertissement avant de procéder à l’étape emballage du verre pour que sa production ne coûte trop chère. Le verre défectueux est visualisé de façon détaillée à l’écran.

Vivre en altitude : quel impact sur vos double vitrages ?

En montagne, moins de pression…

Avez-vous déjà constaté, si vous vous êtes promené en montagne, que lorsque vous prenez une bouteille d’eau (à moitié vide), celle-ci se bombe avec l’altitude si vous ne l’avez pas ouverte depuis le début de votre ascension ?
La pression extérieure étant moins importante, l’air dans la bouteille peut exercer davantage de pression contre la paroi.

Le phénomène est en fait exactement le même pour un double vitrage. Avec l’air contenu (ou le gaz adjoint) entre chacune des parois, les vitrages se bombent. Malheureusement, à l’instar de la bouteille en plastique, le verre ne supporte pas aussi bien la déformation et risque même de se casser si l’écart de pression est trop important.

Il est considéré qu’à partir de 1000 mètres d’altitude, un double vitrage classique n’est plus adapté. Habitants des Vosges et du Jura, lisez bien ce qui va suivre !

Quel vitrage pour la montagne ?

Pour palier à ce problème, on établit ce qu’on appelle un « équilibrage des doubles vitrages à une alti-pression ».
Lors de la fabrication de ce double vitrage, on injecte un gaz à la pression atmosphérique correspondante à l’altitude du lieu de pose.

Étant donné que la fenêtre que vous allez vous procurer a une très forte probabilité de ne pas se trouver à la même altitude que la vôtre (vous qui êtes en hauteur), les professionnels fabricants doivent ajuster la pression interne pendant le transport, ainsi que sur le lieu de livraison pour éviter toute déformation et usure prématurée.

Tout le monde ne connaît pas l’altitude de son habitat ! Alors voici quelques altitudes maximales qui vous aideront peut-être, parce qu’on a pensé à tout :

  • Haute-Savoie (Mont Blanc): 4 810 mètres
  • Hautes-Alpes (Barre des Écrins) : 4 101 mètres
  • Bas-Rhin (Champ du Feu) : 1 099 mètres
  • Haut-Rhin (Grand Ballon) : 1 424 mètres
  • Moselle (Gross Mann) : 986 mètres
  • Vosges (Hohneck) : 1 363 mètres
  • Jura (Crêt Pela) : 1 495 mètres
  • Ardennes (Bois des Haies) : 505 mètres

Vous pouvez trouver une multitudes d’altitudes sur Wikipédia, également.

Pour vous, tout reste très simple : il vous suffira de mentionner à votre menuisier Serplaste que vous habitez en altitude lorsque vous achetez vos fenêtres, portes ou autres ouvertures. Précisez l’altitude du lieu de pose, et votre menuisier s’occupera de vous fournir les doubles vitrages adaptés à votre résidence.

La sécurité avant tout !

Parce vous devez vous sentir en sécurité dans votre maison, vos fenêtres doivent être irréprochables ! Pour cela, les trois points sur lesquels vous devrez porter une attention particulière sont la qualité des vitrages, la structure et la fabrication de la fenêtre et des volets.


Un vitrage de qualité sécurise votre maison !

Pensez à vérifier la qualité de vos vitrages. Certains permettent de retarder les intrusions : en effet la fourchette de temps pour qu’une vitre se brise est entre 30 secondes et 6 minutes. Et 6 minutes, c’est énorme, pour un cambrioleur, et beaucoup trop bruyant (le temps moyen d’une tentative d’effraction est de 3 minutes !) Aussi, un bon vitrage peut en dissuader plus d’un et laisser le temps à vos voisins ou à votre centrale d’alarme de réagir et d’appeler la police ou d’avertir votre société de télésurveillance si un intrus se montrait trop persévérant !

Comment s’assurer la meilleure structure de fenêtres ?
Au niveau de la structure des fenêtres, assurez-vous que les renforts des ouvrants soient en acier galvanisé (chez Serplaste tous les cadres sont renforcés avec des renforts en acier galvanisé de 2mm d’épaisseur au minimum) et que vos crémones (c’est à dire le dispositif de verrouillage des fenêtres par translation simultanée de deux tringles métalliques) soient de qualité : le galet « champignon », associé à des gâches en acier, permet de rendre vaine toute intrusion. Et parce qu’il n’y a pas que les malfaiteurs nocturnes qui peuvent vous causer préjudice, assurez-vous également de l’étanchéité des soudures et de leur résistance au feu.

Améliorer la résistance de ses volets

  • Pour les volets roulants : préférez ceux qui se déroulent avec un système de blocage automatique ou d’antirelevage.
  • Pour les volets battants : mettez en place des accessoires tels que des crochets de fermeture ou des crémones à clés.

Une fois que vous aurez vérifié chacun de ces points, vous pourrez partir en vacances le cœur plus léger et dormir sur vos deux oreilles !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...